Message du Président de l’A.E.E.M.B. à l’occasion de la rentrée scolaire 2021-202

Toute la louange est à Dieu, Connaisseur de l’invisible, Maître incontesté des Cieux et de la Terre. Nous implorons Sa clémence et Sa miséricorde sur notre bien-aimé Mouhammad (Paix et salut de Dieu sur lui), sur sa sainte famille et sur tous ceux qui s’évertuent sur le chemin de la droiture.Cher frères et sœurs en Islam.Chers étudiants des universités publiques et privées du Burkina Faso.Chers élèves des établissements publics et privés du Burkina Faso.Chers enseignants, éducateurs et parents d’élèves.Une fois de plus le moment est venu de reprendre le chemin des classes. Dès demain, 1er Octobre 2021, élèves, étudiants et enseignants emprunteront à nouveau le chemin de l’école. Ils renoueront avec le cadre éducatif et instructif, sève nourricière de l’intelligentsia, tremplin des futurs cadres de notre pays. Chers élèves, le chemin de la recherche du savoir est rude, il demande beaucoup de courage et d’abnégation, et aussi de patience et de détermination. C’est pourquoi, je m’exhorte et vous exhorte à retrousser vos manches et à se remettre au travail, car comme le dit le dicton, le succès est au bout de l’effort. Le temps des vacances reste le temps des vacances ; le temps des études demeure le temps des études. Prenez du plaisir avec les études comme vous avez pu prendre du plaisir avec vos loisirs de vacanciers. A tous les élèves qui redoutent le moment des classes, j’ai un secret à vous confier : l’école est dure, elle est dure avec les élèves qui ne l’aiment pas. Aimez l’école et en retour l’école vous aimera. Ce qui vous parait si difficile, corvéable pourra ne plus l’être du tout pour peu que vous preniez la peine de consacrer le temps et l’attention nécessaires à vos leçons. Chers étudiants, chers élèves, vos parents comptent sur vous, l’A.E.E.M.B. compte sur vous, le pays compte sur vous, l’humanité compte sur vous. Vous êtes les futurs dirigeants, leaders de demain, les champions que tous attendent. Chers élèves, chers étudiants, chers trésors inestimables, chers futurs bâtisseurs du Burkina Faso, votre réussite est la nôtre, nous en serons fiers. Cependant, vous ne pouvez y arriver qu’en conjuguant plusieurs attitudes et aptitudes. D’abord et avant tout, vous devez vous montrer respectueux envers ceux-là qui ont, par vocation et par sacrifice accepté en toute âme et conscience de vous transmettre le savoir, qui d’ailleurs n’a pas de prix. Sachez, chers futurs cadres, qu’aucune réussite ne se construit dans l’indiscipline et dans l’insubordination. Aussi, devez-vous apprendre régulièrement vos leçons, faire correctement vos devoirs, et être assidus en classe et dans toutes les activités pédagogiques. Ainsi, Dieu vous aidera et vous conduira à la réussite. Faut-il le rappeler, aller à l’école demeure encore une chance pour beaucoup de Burkinabè en ce 21è siècle. Même si le taux de scolarisation est de plus en plus important, « l’éducation pour tous » ne demeure pas moins un vœu pieux sinon un slogan politique depuis de nombreux gouvernements. Les élèves que vous êtes avez donc de quoi vous réjouir pour la chance et le privilège que vous avez. Alors que je suis plein d’enthousiasme et d’optimisme, deux choses m’attristent tout de même en cette veille de rentrée scolaire. Primo, il s’agit tout d’abord des taux d’échecs de ces dernières années. Sur ce point, il convient de tirer sur la sonnette d’alarme. C’est une situation qui doit interpeller chaque acteur en ce qui le concerne. Elèves, étudiants, parents, éducateurs, autorités politiques, il est temps de faire quelque chose pour renverser la tendance qui laisserait penser que l’école produit plus d’échecs que d’aboutissements. Secundo, c’est la situation des élèves déplacés internes du fait de l’insécurité. Comment ne pas penser à ces milliers d’élèves contraints d’abandonner les classes et de voir ainsi leur avenir se dessiner en pointillés. Les plus chanceux sont ceux qui arrivent à poursuivre leurs classes loin de leur environnement et dans des conditions combien difficiles. Enfin, un mot à l’endroit de nos chers enseignants. Il faut un seul bâton pour conduire un troupeau de dix moutons, mais il en faut dix pour diriger dix personnes. Nous implorons donc votre indulgence et faisons appel à votre sens élevé de patience envers nos jeunes frères et sœurs et envers nous-mêmes. Dieu Seul pourra vous récompenser et, nous L’invoquons pour cela. Quant aux élèves et étudiants, membres de l’association des élèves et étudiants musulmans au Burkina (A.E.E.M.B.), je vous invite à participer régulièrement aux activités de votre structure, organisées par vous et pour vous. Ces activités sont entre autres, les cours islamiques hebdomadaires, les séminaires, les encadrements scolaires et les examens blancs, les journées de formation, pour ne citer que celles-là. Vous obtiendrez ainsi, en plus du savoir académique, un savoir religieux, citoyen, à même de vous permettre de participer activement au développement de notre pays qui nous est cher. Faites vôtre cette citation du philosophe Blaise Pascal : « Comme on ne peut être universel et tout connaître, il est bien plus beau de connaître quelque chose de tout, que de connaître tout d’une seule chose ». Alors soyez curieux et dynamiques dans la recherche du savoir, du savoir faire et du savoir être. Pour terminer, j’implore pour vous, pour nous l’assistance de Dieu durant cette année scolaire et universitaire. Que Dieu dans Son immense science facilite le bon déroulement des différentes activités dans la quiétude et dans la réussite totale. Que Dieu éradique pour toujours et à jamais cette pandémie du coronavirus. Que Dieu accorde la victoire aux forces du bien sur le terrorisme. Bonne rentrée scolaire à toutes et à tous. Que Dieu bénisse et protège le Burkina Faso.

Président de l’A.E.E.M.B.,
Adama SAWADOGO

A.E.E.M.B.; la conviction d’une jeunesse !

0Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *